Agence Cr3ative

MÉDIAS | Interview « Le Nouvelliste » – Haïti

Laurence Maquiaba au cœur d’un voyage entre la Guadeloupe et Haïti

Dans le cadre de la 2e édition des Rencontres des cultures créoles organisée par l’Association Vagues Littéraires au mois d’octobre écoulé, Laurence Maquiaba était en Haïti pour une deuxième fois. La Guadeloupe étant le pays à l’honneur, cette jeune femme, directrice du festival annuel « Eritaj, Mémoires Vivantes » et originaire de ce territoire d’outre-mer français, consolide les liens de ces deux pays dont les passés historiques ne se diffèrent pas trop.

En tant que deux peuples qui ont vécu la colonisation, la directrice d’« Eritaj, Mémoires Vivantes », Laurence Maquiaba, estime que la Guadeloupe et Haïti ont un ensemble d’histoires qui forgent les rapports qu’elles entretiennent depuis des lustres. « L’histoire de nos deux pays, que ce soit par le passé, par la culture, par la littérature, par la tradition culinaire et la musique, ouvre les horizons. Des cultures qu’on pouvait considérer comme minoritaires se rencontrent et discutent d’égale à égale, car l’histoire de la Guadeloupe est faite de « moun vini », affirme-t-elle, avant de rajouter qu’on ne le dit pas assez souvent, mais il y a pas mal d’Haïtiens qui ont émigré et se sont confondus dans la masse guadeloupéenne. Tout comme cela s’est passé en Haïti aussi avec les Guadeloupéens. » 

C’est à ce titre même d’échange culturel que Laurence Maquiaba, détentrice d’une licence en science de l’information et de la communication et fondatrice de Neeya (une agence de conseil en stratégie et dévelop

pement de projet), a été invitée au festival Rencontres des cultures créoles. Elle a tenu plusieurs conférences dans des espaces, comme le Bureau national d’Ethnologie (BNE), qui ont pour objet d’étude les origines, les mélanges et les migrations des différents peuples. … Lire la suite